Par Florence Halimi

Depuis 1908 Thevenon reste au summum de sa créativité, irrigué par le talent de designers prolifiques, qui peuvent s’appuyer sur un savoir-faire et un fond d’archives uniques pour alimenter leur imagination.

Vincent Thevenon nous raconte.

Que va-t-on trouver chez Thévenon en 2021 ?

Des collections qui mixent les influences. On y retrouve le style naturel et presque naïf du wax, le côté traditionnel du floral, les belles matières et la délicatesse ornementale de l’esthétique japonaise. Tous les modèles se distinguent par la qualité de l’impression, leurs détails sophistiqués, leurs teintes très élaborées, qui reflètent bien la diversité des mains qui dessinent pour Thevenon, ainsi que le talent hors pair de nos deux coloristes maison.

Comment définissez-vous le style Thevenon ?

C’est un twist parfait entre savoir-faire et air du temps, tradition et avant-garde. Le tout est nourri par l’éclectisme et la complémentarité de nos créateurs. Chacun apporte son univers, son regard, sa touche. Nous tissons une relation au long cours avec chacun d’entre eux, et travaillons en totale complémentarité. Je suis un peu le chef d’orchestre de cet ensemble harmonieux.

Justement, vous multipliez les collaborations avec la scène artistique. Quelles sont les plus récentes ?

Nous sortons une collection très « planante » avec Dorothée Meilichzon, la talentueuse architecte d’intérieur qui signe notamment la décoration des hôtels de l’Expérimental Group. Sur la base d’un beau projet avec un groupe aéroportuaire, nous avons créé un tissu à la fois très technique et esthétique, un challenge qui a nécessité six mois de développement. Autour de ce produit, Dorothée a décliné une ligne complète. En outre, nous présenterons en septembre une collection non feu avec Stella Cadente, très originale et furieusement cocooning, autour de la bouclette revisitée.

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment ?

Nous sommes associés à de nombreux projets avec les architectes d’intérieur. Par exemple, nous réalisons l’ensemble des tissus outdoor des beach clubs Bagatelle, dont celui de Saint-Tropez, avec Sam Baron, l’un des designers les plus prolifiques du moment. C’est un projet qui me tient à cœur en cette période compliquée, il parle d’été, de farniente, de plein air… Nous travaillons aussi pour Anouk et Louis Solanet, propriétaires du groupe hôtelier Orso, à la tête d’établissements aux fortes personnalités comme l’hôtel Rochechouart.

Où fabriquez-vous vos collections ?

Nous travaillons essentiellement dans quatre pays, la France, l’Italie, la Belgique, et l’Espagne, hormis pour nos brodés, réalisés en Inde, car le savoir-faire de ses artisans est unique, sa subtilité sans équivalent. Le résultat est toujours époustouflant, autant sur le plan de la technique que de la couleur. Nous nous assurons simplement que les sociétés avec lesquelles nous travaillons mettent en place des pratiques responsables.


Showroom Thevenon

1 rue du Mail

75002 Paris

www.thevenon1908.com