Interview de Patrick Frey 

 

Pierre Frey, une saga familiale

 

Depuis 1935, date de sa création, la maison Pierre Frey accompagne l’histoire des Arts-décoratifs. Avec ses quatre marques haut de gamme (Pierre Frey, Boussac, Braquénié, Fadini Borghi), elle est de tous les grands chantiers de décoration, partenaires des plus grands designers et architectes d’intérieur. Réputée partout dans le monde, elle maintient un savoir-faire, une esthétique, une qualité et une inventivité qui doivent beaucoup à son histoire familiale, à la passation entre générations. Aujourd’hui, Patrick Frey, fils du fondateur, dirige le groupe avec ses trois fils.

 

Etre à la tête d’un groupe familial donne t’il des responsabilités supplémentaires vis à vis de la marque et lesquelles ?

Je ne crois pas, mais lorsqu’on a la chance d’avoir des membres de sa famille intéressés par l’affaire, la satisfaction est surtout grande de pouvoir transmettre la marque plus facilement, de la pérenniser sans la dénaturer.

 

La transmission progressive est-elle la clé de la pérennité ?

Oui, tout à fait, si l’on a la chance de s’entendre comme c’était le cas avec mon père, comme ça l’est avec mes trois fils. La clé est aussi d’éviter tout conflit d’intérêt dans la transmission, de ne pas créer de frustration. Et j’ai cette chance d’avoir trois fils à l’aise dans des domaines tout à fait différents. Vincent est homme de marketing, un  gestionnaire ; Pierre, homme de communication et de réseaux porte parfaitement le nom de la marque et Mathieu, installé à Singapour, gère nos activités en Asie.

 

Êtes-vous toujours d’accord entre vous sur les choix créatifs ou stratégiques et comment se prennent les décisions in fine ?

Ces décisions se prennent seules et je reste maître de la création, même si bien sûr nous échangeons et qu’ils donnent leur avis. Libre à moi et à mes équipes créatives de le suivre ou pas. La création c’est comme de la grande cuisine. Le chef crée ce que son équipe exécute, goûte et rajoute éventuellement sa patte à la fin. Chez Pierre Frey c’est pareil. Je suis entouré de créatifs formidables qui me proposent des choses sur un thème que je lance. Et à la fin j’apporte mon œil et je tranche. J’ai vécu cette situation avec mon père autrefois et c’est la meilleure façon de fonctionner. Pour ce qui est de la stratégie, je laisse ça dans les mains des garçons qui ont la gentillesse de m’informer de la situation chaque semaine. Nous dédions une réunion à ça. Là aussi je peux donner mon avis, mais eux seuls tranchent.